Elysée-Montmartre les 23 & 24 novembre 2004

Publié le par guillaume kostyszin

Durant deux soirées consécutives ,l'homme en noir français a peut-être offert ses deux meilleurs prestations de la tournée .Une sorte de communion aux accents de fin de tournée et de cerise sur le gateau (même s'il reste quelques dates et qu'en 2005 ,il remet ça) s'est déroulé dans la petite mais précieuse salle de l'Elysée-Montmartre .A présent c'est sa muse Chloé Mons (alias Mme Bashung) qui ouvre le bal avec six titres acoustiques dont une reprise originale du 'Can the can' de Suzie Quatro .Quelques minutes après c'est Monsieur Bashung qui accompagné de quatre musiciens d'un professionnalisme exemplaire qui apparait au centre du ring baigné par une luminosité sombre ,laissant ainsi planer le mystère qui l'entoure depuis de nombreuses années. Les titres alternent entre classiques de la première heure ('J'envisage' , 'Bijou bijou' ce dernier remanié façon mexicaine speedée) ,tubes qu'on ne présente plus et morceaux intimistes appelés à devenir des modèles d'exigence .'What's in a bird' est la preuve que Bashung a comprit depuis très longtemps que les questions sont bien plus interessantes aux réponses et contrairement à l'image médiatique qu'il peut donner ,Alain cultive le bonheur par petites touches api 'Apiculteur' ,remerciant la femme 'Osez Joséphine' en abolissant les péages d'un système où la forme a prit le pas sur le fond. Qui oserait aujourd'hui s'attaquer au 'Nights in white satin' des Moody Blues seul à la guitare acoustique ? Bashung donne beaucoup laissant la part belle à l'imagination personnelle du spectateur et le second soir avant de repartir vers la félicité il entamera 'Les mots bleus' de Christophe qui quelques secondes après fera son apparition sur la scène pour un duo mémorable ponctué par 'Amsterdam' du grand Jacques Brel. Croisement entre Elvis '68 et Alan Vega ,le Bashung heureux de ce nouveau siècle enlèvera ses emblèmatiques lunettes noires qu'il offrira au public avant de s'effacer nous laissant à nos cauchemars qui grace à lui deviennent magnifiques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article